Accueil GTVR TransVision Cookshire NetRevolution LocalMedias EstriePlus.com Blog Nous joindre

Mémoire de recherche : pourquoi la forme compte autant que le fond ?

Dans le contexte scolaire comme professionnel, on dit souvent qu’il faut autant soigner le fond que la forme d’un document. Et c’est notamment vrai pour un mémoire de recherche !

La présentation : première chose visible

On n’a qu’une seule chance de faire une (bonne) première impression. Cet adage est vrai pour les rencontres, mais aussi dans le cas d’un mémoire de recherche. Si l’on fait un parallèle avec les livres, il est important de soigner la couverture pour attirer les lecteurs. À l’inverse, un livre peu esthétique n’aura pas beaucoup de succès – quelle que soit la qualité du texte.

Avant même de lire le contenu du document, le lecteur voit d’abord son allure générale. Si l’aspect de votre mémoire est peu engageant, le lecteur ne sera pas dans des dispositions optimales pour le lire. Il risque même de commencer sa lecture avec un sentiment négatif.

Donnez donc envie à vos lecteurs de lire votre mémoire de recherche en soignant sa présentation.

Une lecture plus agréable

Ensuite, au-delà des apparences, la forme de votre mémoire va aussi avoir un impact direct sur la lecture. Il est donc essentiel de prévoir une mise en page optimisée, pour améliorer le confort de lecture. De cette façon, le fond sera bien mieux assimilé.

En pratique :

  • Structurez correctement votre mémoire, avec des parties et des sous-parties clairement visibles. Le lecteur doit se repérer facilement. Pour cela, utilisez des polices / tailles / couleurs différentes pour les titres et intertitres (attention, restez modéré), ajoutez des sauts de page, etc.
  • Ajourez suffisamment votre texte, avec des interlignes adéquats, des sauts de paragraphes, des marges de documents adaptées, etc. A l’inverse, un texte trop compact sera difficile à lire et ne mettra pas vos idées en valeur.
  • Si possible, intégrez des éléments visuels (graphiques, tableaux…) pour compléter les parties écrites.

Objectif zéro erreur

Enfin, un mémoire de qualité optimale est un mémoire sans erreur. Des fautes d’orthographe ou une ponctuation mal maîtrisée nuisent fortement au confort de lecture et donnent surtout une mauvaise image générale. Cela peu importe la qualité du fond. Évitez donc les erreurs en demandant de l’aide à un relecteur. Si vous écrivez dans une langue étrangère, vous pouvez aussi faire appel à un service de révision linguistique.

Conclusion

Pour votre prochain mémoire de recherche, soignez autant le fond que la forme !