Accueil GTVR TransVision Cookshire NetRevolution LocalMedias EstriePlus.com Blog Nous joindre

Top 4 des avantages à parler plusieurs langues

Contrairement aux croyances, Montréal est la métropole la plus polyglotte du Canada et les avantages à parler plusieurs langues sont très nombreux.

S'ouvrir au monde

Le premier des avantages à parler plusieurs langues est d'être en capacité de s'ouvrir aux autres. Le savez-vous ? Près de 20 % de la population parle 2 langues à la maison. Suite au dernier recensement, Statistiques Canada a pu constater que la diversité linguistique était en forte croissance.

L'ouverture ne vient pas seulement de la pratique d'une seconde langue, mais essentiellement de toute la culture qui vient avec. Pour maîtriser une seconde langue, il est indispensable de s'immerger dans une autre forme de culture.

Maîtriser l'anglais c'est par exemple pouvoir lire Shakespeare dans le texte ou apprécier les séries télé sans doublage. C'est aussi augmenter ses perspectives d'emploi.

S'intégrer dans la métropole la plus trilingue du Canada

Si vous avez décidé de prendre des cours d'anglais à Montréal vous ferez peut-être partie des partisans du fameux « Bonjour, Hi » qui agite toujours les détracteurs du bilinguisme. Mais sachez que Montréal est la ville du Canada la plus trilingue, loin devant Toronto ou Vancouver.

Le résultat d'une enquête commandée par l'organisme Montréal International, dont la mission est d'attirer des investisseurs étrangers dans la métropole, a été transmis à La Presse canadienne fin décembre. Les chiffres parlent d'eux-mêmes :

  • 21 % des Montréalais parlent au moins 3 langues
  • dont 40 % de ceux issus de l'immigration
  • c'est 11 % à Toronto et 10 % à Vancouver

Participer à un bilinguisme en forte progression

Le taux de bilinguisme français-anglais atteignait 17,9 % au Canada en 2016, ce qui constitue un nouveau sommet a encore constaté statistiques Canada après le recensement.

Pourquoi participer à ce bilinguisme ? Les raisons sont nombreuses et peuvent inclure des nécessités au travail ou simplement bâtir des relations avec ses voisins, particulièrement si vous êtes attirés dans l'ouest de la Belle Province.

Contribuer à la richesse d'une région

Les allophones du Québec ne constituent qu'environ 12 % de la population québécoise. Ils sont cependant concentrés à 88 % dans la région de Montréal, et à plus de 80 % pour les anglophones. Les francophones pourraient à ce rythme devenir minoritaires d'ici 2031 selon certaines prévisions.

Ceci n'a rien d'alarmant et c'est au contraire un signe de richesse d'une région aux multiples couleurs.